Acta Mathematica

La méthode de Neumann et le problème de Dirichlet

H. Poincaré

Full-text: Open access

Résumé

Nous savons que la méthode dite du balayage permet de démontrer le principe de Dirichlet dans le cas général.

Mais si cette méthode est très-bonne comme procédé de démonstration, elle est inférieure comme procédé de calcul à celle de Neumann. Celle-ci malheureusement n'était jusqu'ici applicable qu'aux surfaces convexes.

En m'appuyant sur le principe de Dirichlet supposé démontré par la méthode de balayage, j'ai montré que la méthode de Neumann (de même que celle de Robin) conduit à la solution du problème de Dirichlet aux conditions suivantes:

  1. Si la surface S est simplement connexe.
  2. Si cette surface a partout un plan tangent et deux rayons de courbure principaux déterminés.
  3. Si la fonction donnée Φ a des dérivées de tous les ordres.

Toutes ces restrictions sont probablement inutiles et tout porte à penser que le théorème est vrai dans tous les cas. Mais je ne l'ai démontré qu'avec ces restrictions.

Après avoir établi ces résultats d'une façon rigoureuse, j'ai cru devoir dans les deux derniers chapitres, donner une idée des aperçus qui m'avaient d'abord conduit à les deviner. J'ai pensé que, malgré leur peu de rigueur, ils pouvaient être utiles comme procédés d'investigation, puisque je m'en étais déjà servi une fois avec succès.

Article information

Source
Acta Math. Volume 20 (1897), 59-142.

Dates
First available in Project Euclid: 31 January 2017

Permanent link to this document
https://projecteuclid.org/euclid.acta/1485881960

Digital Object Identifier
doi:10.1007/BF02418028

Rights
1897 © F. & G. Beijer

Citation

Poincaré, H. La méthode de Neumann et le problème de Dirichlet. Acta Math. 20 (1897), 59--142. doi:10.1007/BF02418028. https://projecteuclid.org/euclid.acta/1485881960


Export citation

References

  • Il peut arriver que l'on sache que la fonction W1 est harmonique à l'intérieur et à l'extérieur de S et tend uniformément vers une même limite V1=V ${}_{1}^{′}$ quand on se rapproche de S; mais qu'on ne sache pas si $\frac{{dV_1 }}{{dn}},\frac{{dV'_1 }}{{dn}}$ ont des valeurs finies et déterminées. On ne peut alors affirmer que W1 soit effectivement le potentiel d'une simple couche. Le théorème n'en est pas moins applicable.